The Brooklyn Brewery

Le quartier new-yorkais de Brooklyn a toujours été caractérisé par un intense brassage culturel et ethnique. Là, loin de la haute finance de Manhattan et à l’écart de la frénésie du monde, artistes, musiciens et créateurs ont pu s’exprimer pleinement. Berceau du graffiti et du street art, Brooklyn est également un haut lieu de la musique underground. En bref, Brooklyn a vu passer de nombreuses tendances.


L’une de ces tendances est la bière. Autrefois – quand les rues étaient encore parcourues à cheval et que le Titanic n'était encore qu’un projet – Brooklyn possédait de nombreuses brasseries parmi les plus dynamiques au monde. Chaque jour, travailleurs et ouvriers devaient être approvisionnés en bière fraîche pour accomplir leur besogne. Mais au 20e siècle, deux événements faillirent signer la fin de Brooklyn comme Mecque de la bière.

D’abord, une pénurie de houblon fit exploser les prix de la bière. Peu après, la loi sur la prohibition de 1920 interdit la fabrication et la vente de boissons alcoolisées. A l'époque, l'alcool était considéré comme la source de tous les maux et associé à la criminalité, à la violence et à la corruption.

Seule une poignée de brasseries survécurent à ces événements en se reconvertissant dans les boissons maltées et les fortifiants médicaux. Lorsque l’alcool fut de nouveau autorisé en 1933, le nombre de brasseries repartit à la hausse, mais l’arrivée de la Seconde Guerre mondiale freina à son tour la croissance. Cette période fut suivie d’une première vague de consolidation dans le secteur brassicole qui vit nombre de petites brasseries absorbées par de grands groupes. En 1976, le coup fatal fut donné avec la fermeture de Schäfer & Liebmann, dernière brasserie de Brooklyn.

C’est à peu près à cette époque qu’un certain Steve Hindy entra en scène. Correspondant pour l’agence Associated Press au Proche et au Moyen-Orient, Steve couvrait les différents conflits de la région. Bien que l'alcool fût strictement interdit dans les pays musulmans, Steve réussissait à se procurer régulièrement de la bière. C’est en se liant d’amitié avec des diplomates qu'il découvrit les bières artisanales brassées localement et put les apprécier dans toute leur variété.

Lorsque son hôtel fut la cible d’obus de mortier en 1984, il repartit à New York avec toute sa famille. Arrivé là-bas, il se lança dans ses premiers essais de brassage. Il transmit rapidement le virus de la bière à son voisin Tom Potter et ensemble, ils fondèrent une brasserie en 1988.

La «Brooklyn Eagle Brewery» devait rendre hommage à l’âge d’or de la bière à Brooklyn. Mais il lui manquait un logo accrocheur et facile à retenir.

Grâce à la ténacité de Steve, les deux fondateurs obtinrent un rendez-vous chez le graphiste mondialement célèbre Milton Glaser. Milton Glaser ? Si peu de gens connaissent son nom, ils sont en revanche nombreux à arborer fièrement son œuvre sur la poitrine (entre autres le célébrissime logo «I Love NY»).

A force de ruse et de flatterie (Steve parle encore d’un énorme bouquet de fleur pour la secrétaire), tous deux furent admis à entrer cinq minutes seulement dans le bureau de Glaser – et n'en ressortirent que deux heures plus tard. Steve et Tom avaient décidé de ne pas parler affaires, mais de raconter leur histoire. La tactique fonctionna et Milton Glaser fut séduit. Son premier commentaire, devenu légendaire, aurait été «you’ve got Brooklyn here, wo needs an eagle?» (vous avez Brooklyn, qui a besoin d’un aigle?) – et c’est ainsi que la Brooklyn Eagle Brewery devint simplement la Brooklyn Brewery. Le graphiste se laissa même convaincre de renoncer à ses honoraires. A la place, il obtint une participation dans la jeune entreprise et on raconte que son bureau est gratuitement approvisionné en bière aujourd’hui encore.

Le fait est que Milton Glaser continue à élaborer les projets de logos, d’étiquettes et d’emballages pour les Bières Brooklyn. De cette collaboration est née une belle amitié professionnelle et privée. Une amitié que l’on voit sur chaque bouteille de Brooklyn – et que l’on sent à chaque gorgée.

Cheers!
Share on Facebook

Produits similaires

Brooklyn Brown Ale (35,5cl)

L'ale américaine à l'intensité surprenante.
CHF 16.85 ---
TVA incluse
Pas disponible pour le moment

Brooklyn East India Pale Ale (35,5cl)

L'IPA mondialement célèbre de Garrett Oliver.
CHF 16.85 ---
TVA incluse
Express
6 x 35,5cl

Brooklyn Lager (35,5cl)

Le bière craft légendaire des USA.
CHF 16.85 ---
TVA incluse
Express
6 x 35,5cl

Brooklyn American Ale (35,5cl)

Brooklyn American Ale est une American Pale Ale agréable en bouche, idéale pour les soirées décontractées avec les meilleurs amis.
CHF 12.55 ---
TVA incluse
Express
4 x 35,5cl

OFFLINE-Brooklyn 1/2 Ale (35,5cl)

La Brooklyn 1/2 Ale est une Farmhouse Session Saison non filtrée, pure et équilibrée de couleur jaune clair dans le verre.
CHF 12.55 ---
TVA incluse
Pas disponible pour le moment
18 %

Brooklyn Scorcher IPA (35,5cl)

Brooklyn Scorcher IPA séduit le nez avec des arômes houblonnés floraux et des notes d’aiguilles de pin.
CHF 12.55 CHF 10.20
TVA incluse
Express
4 x 35,5 cl
50 %

Brooklyn Sorachi Ace (35,5cl)

Brooklyn Sorachi Ace est une Farmhouse Saison classique non filtrée de couleur jaune or.
CHF 20.65 CHF 10.30
TVA incluse
Express
6 x 35,5cl

Pack dégustation Brooklyn

Essayez nos produits grâce au pack de dégustation. Ce pack de dégustation contient des bières de Brooklyn Brewery de New York
CHF 20.85 ---
TVA incluse
Express

Posts similaires

-

L’histoire de Carlsberg

Monde de la bière

L’histoire de la brasserie Carlsberg. Par rapport aux autres pays scandinaves, le Danemark a toujours été davantage tourné vers le continent et s’est imposé comme un acteur incontournable du marché international de la bière par l’intermédiaire de Carlsberg.

lire l'article »
-

Mise en perce de la bière de Noël: le premier vendredi de novembre est un jour de fête

Monde de la bière

Les spécialités et bières de saison sont très tendance, en particulier les bières de Noël qui jouissent d'une grande popularité.

lire l'article »
-

L’histoire de Feldschlösschen

Monde de la bière

Au début de l’histoire de Feldschlösschen, il y a deux hommes: Theophil Roniger, le brasseur de Magden, et Mathias Wüthrich, le fils du paysan du Sennweid à Olsberg. Ils sont très différents de par leur origine, leur tempérament et leurs aptitudes.

lire l'article »
-

Shangri-La: la bière du paradis

Monde de la bière

Sonny Gyalzur n'aime pas la bière chinoise. Pour notre plus grand bonheur, car c’est ce qui a convaincu ce fils de parents tibétains de brasser lui-même de la bière. De ce projet est née la «Shangri-La Highland Craft Brewery», qui a déjà remporté plusieurs récompenses.

lire l'article »